Walnut Acres : une nourriture pour l’esprit

Walnut Acres : une nourriture pour l’esprit

L’Almanach Cousteau de l’Environnement – Boire, manger, respirer – pages 496-498

Paul et Betty Keene dans les années 40

En 1980, la ferme de culture d’aliments biologiques “Walnut Acres” (Pennsylvanie) de Paul et Betty Keene était l’une des plus grandes (200 hectares) et des plus célèbres des Etats-Unis. Walnut Acres, créée en 1946, concentrait toute la chaine de production d’aliments, depuis la production de fruits et légumes, de céréales, de semences, de bétail et de volailles, jusqu’à la production de farines, de biscuits, de beurre d’arachide, de soupes, de sauces, de plats cuisinés… et même de dentifrice. Walnut Acres possédait son propre magasin et expédiait ses produits à plus de 40 000 clients (jusqu’en Amérique du Sud et en Afrique), réalisant un chiffre d’affaire estimé à 2,5 millions de dollars par an, pour quelques 70 salariés.

Walnut Acres était une entreprise engagée dans la défense d’une alimentation saine issue d’une agriculture durable. Ses emballages étaient ornés d’une brindille de noyer et d’une citation inspirée de la philosophie de l’exploitation, comme par exemple “Si le médecin d’aujourd’hui ne devient pas le diététicien de demain, le diététicien d’aujourd’hui deviendra le médecin de demain” ; ou bien “La nature et la sagesse sont toujours d’accord (Juvenal)”. Pour les Keene, il était possible de se passer de pesticides et d’engrais chimiques, à condition d’écouter la nature. Ils avaient réussi à obtenir d’excellents résultats avec la culture du seigle et du soja sur des sols particulièrement pauvres, grâce à des techniques agricoles adaptées : plantation en bandes étroites pour ralentir l’érosion des sols, assolement, rotation des cultures avec de l’engrais vert (luzerne et trèfle), apport de fumier naturel…

Jeune homme, Paul Keene ne s’orientait vers une carrière d’agriculteur. Il dirigea un moment le département de mathématiques d’une petite université du New Jersey, avant de prendre un congé sabbatique de deux ans pour enseigner dans une école de missionnaires en Inde. Cette expérience lui fit connaître une culture différente de la sienne et redécouvrir les priorités de l’existence. C’est ce qui forgea la philosophie de Walnut Acres, dont l’édification ne se fit pas sans difficulté. Il fallut affronter l’hostilité des communautés locales qui ne comprenaient pas que l’on puisse inventer un modèle agricole différent de celui établi.

Les Keene n’hésitaient pas à aller au combat pour défendre leurs idées, comme l’illustre bien l’exemple du beurre de cacahuète. Les standards fédéraux de l’époque imposaient de blanchir les cacahuètes et autorisaient jusqu’à 15% d’additifs. Les Keene s’obstinaient à n’utiliser que des cacahuètes non traitées, complètes avec leur enveloppe rouge et leur germe (riches en éléments nutritionnels), sans aucun additif. Le produit de Walnut Acres était alors identifié officiellement comme “imitation peanut butter.” Devant l’évidence de la supériorité organoleptique et nutritionnelle du beurre de cacahuète des Keene, et grâce aussi à une campagne de pétitions réunissant des milliers de clients mécontents, la FDA fut contrainte de modifier la réglementation, au bénéfice de Walnut Acres.

L’une des premières productions des Keene fut de la gelée de pomme à l’ancienne, fabriquée avec des fruits non traités et sans conservateurs. Ils commencèrent par passer une annonce pour leur “extrait de pommes” dans le journal “Organic Gardening“, qui deviendra ensuite la bible des agriculteurs biologiques américains. Les ventes ne décolèrent qu’à la suite d’un article élogieux du “New York Herald Tribune”. L’engouement des consommateurs pour des produits issus d’une agriculture biologique ne démarra réellement aux Etats-Unis que dans les années 60, époque à partir de laquelle les affaires de Walnut Acres devinrent prospères.

En 1963, les Keene organisèrent leur ferme en coopérative et créèrent en 1964 la Walnut Acres Foundation, financée par une partie des revenus de l’entreprise. Les clients de Walnut Acres répondirent par de généreuses contributions à la fondation qui finança des programmes d’aides pour les populations défavorisées du Bangladesh et d’Inde.

Qu’est-il arrive à Walnut Acres?

Walnut Acres est resté durant une cinquantaine d’années un leader du mouvement pour une nourriture issue d’une agriculture durable. C’était aussi une entreprise prospère, avec un chiffre d’affaires de l’ordre de 8 millions de dollars en 1994. Après la mort de Betty Keene en 1987, la société commença néanmoins à progresser moins vite que les autres entreprises du secteur de l’alimentation biologique. En 1999, David C. Cole, un dirigeant de America Online (AOL) investit 4 millions de dollars dans Walnut Acres. Son idée était de créer une plateforme de vente de produits bio sur Internet. En 2000, la nouvelle direction mise en place par Cole jugea que les installations historiques de Walnut Acres ne correspondaient plus aux standards. La ferme et le magasin furent donc liquidés, vendus aux enchères, et 100 employés furent licenciés. C’en était finit le la belle aventure de Walnut Acres.

La marque Walnut Acres fut néanmoins utilisée pour créer un site de vente sur Internet en 2001. Le site ne faisait aucune mention des fondateurs Paul et Betty Keene, mais s’autorisait à écrire “We’ve been producing delicious organic foods since 1946” (Nous produisons de délicieux aliments bio depuis 1946). Paul Keene (1911-2005), déjà très âgé, ne put rien faire pour éviter que tout ce qu’il avait construit patiemment avec Betty soit détruit.

Aujourd’hui, la marque Walnut Acres semble être la seule chose qui ait été conservée de l’illustre entreprise de Paul et Betty Keene. La qualité des produits n’a plus rien de comparable avec ceux de l’époque des Keene. “Once a Mecca for the organic faithful, it existed in name only.” (de la Mecque des fidèles du bio, il ne restait que le nom; George DeVault).

Walnut Acres a beaucoup fait pour faire prendre conscience aux Américains de la nécessité de se nourrir avec des produits sains, issus d’une agriculture durable. Le seule reproche que je ferais, c’est d’avoir privilégié la vente par correspondance qui n’est pas la meilleure méthode pour réduire la pollution liée aux transports.

Lire aussi “What Became Of Walnut Acres?” (George DeVault)

Une grande partie des entreprises dans le domaine de l’alimentation biologique ont eux aussi été progressivement rachetées par des géants de l’agroalimentaire. Par exemple, Arrowhead Mills a été racheté en 1999 par Hain Celestial (USA) ; Depuis 2000, Royal Wessanen (Pays-Bas) a racheté successivement Distriborg (Bonneterre, Bjorg, Alter Eco…), Allos, Tartex, Whole Earth, Zonnatura, Kallo, Clipper…Malgré cette concentration, il est toujours possible d’acheter des produits issus d’une agriculture durable en privilégiant les circuits courts de distribution… ou de les cultiver soi-même.

Partagez si vous aimez ...

Comments are closed