Symboles en péril : L’aigle chauve

Aigle chauve _ Symbole des Etats-Unis d'Amérique

Aigle chauve _ Symbole des Etats-Unis d’Amérique

L’Almanach Cousteau de l’Environnement – Les quatre grands changements : Les choses qui disparaissent – pages 311-312

 

Symbole depuis toujours de force, de courage et de liberté, l’aigle a accompagné  les conquêtes des légions romaines et des troupes napoléoniennes. Plus tard, le pygargue à tête blanche  (Haliaeetus leucocephalus) a été choisi comme emblème et symbole d’indépendance par le Congrès Américain en 1782 (Benjamin Franklin avait choisi le dindon sauvage, ce qui aurait peut-être changé le caractère belliqueux des Américains). Les anglais le nomment abusivement “bald eagle” (aigle chauve), bien qu’il ne s’agisse pas véritablement d’un aigle (genre Aquila) mais d’un pygargue (genre Haliaeetus) qui se caractérise par son régime alimentaire essentiellement composé de poissons. Le pygargue à tête blanche n’est présent qu’en Amérique du Nord.

Au sommet de la pyramide alimentaire, l’aigle chauve pouvait accumuler dans ses tissus les molécules chimiques (PCB, DDT…) et les métaux lourds (plomb de chasse) présents dans ses proies et qui étaient responsables d’une forte baisse de son taux de reproduction. De plus, cet emblème américain a souvent été victime des chasseurs, des agriculteurs, de la réduction de son habitat naturel et des lignes électriques haute-tension. D’abord protégé par le traité américain sur les oiseaux migrateurs de 1918, puis par le Bald Eagle Protection Act de 1940  qui  en interdisait la capture et la chasse, le pygargue à tête blanche a été déclaré espèce menacée par les États-Unis en 1967. En 1972, le pesticide DDT fut enfin interdit aux Etats-Unis, ce qui permit de restaurer progressivement le taux de reproduction du pygargue à tête blanche dont on estimait la population sur l’ensemble des Etats-Unis à la fin des années 70 à trois ou quatre mille .

Les américains sont parvenus à sauver le pygargue à tête blanche, dont la population augmente régulièrement depuis une quarantaine d’années (multipliée par 8), est classé dans la catégorie des espèces les moins menacées de la liste rouge de l’UICN. Malheureusement, toutes les espèces menacées de disparition ne peuvent bénéficier des mesures de protection dont a bénéficié l’emblème des Etats-Unis d’Amérique.

Comments are closed