Promesses de retour : Le cygne trompette

Cygne trompette

 L’Almanach Cousteau de l’Environnement – Les quatre grands changements : Promesses de retour – pages 294-295

 

Le cygne trompette (Cygnus buccinator), avec une envergure impressionnante de plus de 2,4 mètres, est l’un des plus grands oiseaux aquatiques. Il doit son nom à son cri haut et sonore qui évoque le son d’une trompette. Au temps des pionniers, c’était un oiseau commun d’Amérique du Nord qui hibernait dans les vallées de l’Ohio et du Mississipi, ainsi que dans les Montagnes Rocheuses. Malheureusement pour lui, le cygne trompette, très apprécié pour sa viande et pour son plumage destiné au marché européen, fut massivement chassé à partir du milieu du XIXème siècle. La Compagnie de la Baie d’Hudson déclara à elle seule la vente de 17671 plumages complets entre 1853 et 1877. En 1900 les cygnes trompette avaient disparu de la plupart de leurs territoires d’origine et l’espèce était déclarée en voie d’extinction imminente. Malgré la loi sur les migrateurs de 1918 interdisant tout commerce d’oiseaux sauvages et celle sur la protection des parcs nationaux, les braconniers continuaient à les exterminer (17 oiseaux abattus dans le parc de Yellowstone en 1933). L’assèchement des marécages et des zones humides contribua fortement à accélérer la destruction de l’espèce. En 1935, on ne recensa que 73 survivants sur l’ensemble du territoire Nord-Américain.

Dans les années 30, les groupes de cygnes restant étaient concentré à Yellowstone et dans la réserve marécageuse de Red Rock Lakes (Montana – 6000 hectares), deux régions connues pour des hivers suffisamment doux  pour permettre aux oiseaux de ne pas migrer. C’est l’écologiste JN. Darling, leader de l’American Biological Survey, qui avait obtenu la création du refuge de Red Rock Lakes. L’histoire lui donna raison puisqu’en 1958, le site comptait déjà 310 cygnes trompette. Pour lutter contre la surpopulation, la société Aubusson mis en place un programme de déplacement d’oiseaux vers d’autres réserves. En 1981, cette initiative avait déjà permis de peupler six refuges aux Etats-Unis (Wyoming, Oregon, Nevada, Washington) et au Canada (Manitoba). On comptait alors plus de 6000 cygnes trompette en Amérique du Nord. En 2016, ils seraient plus de 26000.

Le saturnisme aviaire, causé par un empoisonnement au plomb, est depuis quelques années la principale cause connue de décès des cygnes (plus de 50 % des décès dans les années 1980-1990). Le fond des zones humides est en effet jonché par d’importantes quantités de plombs tirés pendant des décennies pour la chasse. Depuis 1987, le plomb est interdit dans les cartouches pour la chasse en zones humides .

Promesses de retour : La loutre de mer
Promesses de retour : Le bison de prairie
Promesses de retour : L’oryx d’Arabie
Promesses de retour : L’oie d’Hawaï
Promesses de retour : La vigogne
Promesses de retour : L’alligator du Mississippi
Promesses de retour : La grue blanche d’Amérique

 

Comments are closed