Prendre la Défense des dunes

L’Almanach Cousteau de l’Environnement – Les quatre grands changements : Les choses qui disparaissent – pages 333-334

 

Indiana Dunes National Lakeshore

Indiana Dunes National Lakeshore

Les dunes d’Indiana, sur la rive Sud du lac Michigan, concentrent sur 50 kilomètres de rivage pas moins de 4 écosystèmes différents (dunes de sable, marécages salés, marécages d’eau douce, forêts) ainsi qu’une biodiversité exceptionnelle, dont plus de 1300 espèces de plantes. Stephen Mather, à la tête du National Park Service depuis 1916, proposa la création d’un Parc National des Dunes. Il ne put convaincre les propriétaires privés et son projet échoua. Il fallut attendre des années pour voir la création, sur seulement 5 kilomètres de rivage, de l’Indiana Dunes State Park. Le reste des dunes fut peu à peu grignoté par les complexes résidentiels et industriels, notamment des aciéries.

Le comité  “Save The Dunes”, créé en 1952, fit l’acquisition de Cowles Bog, environ 25 hectares de marais, pour préserver son écosystème unique menacé par le développement industriel. Il poursuivit son action pendant des années, en luttant âprement pour l’intégration au parc Naturel de 4 800 hectares de dunes encore intactes, n’hésitant pas à plaider sa cause auprès du Congrès à Washington.

Il a fallu attendre 1966 pour qu’enfin le Congrès américain donne son accord pour la création de l’Indiana Dunes National Lakeshore sur une superficie de 2 400 hectares. Les écologistes ne purent néanmoins pas s’opposer à la construction d’un port et d’un complexe industriel au beau milieu du parc. Plus tard, 1 400 hectares supplémentaires furent à leur tour intégrés au parc.

Aujourd’hui, l’Indiana Dunes National Lakeshore permet de réserver sur un territoire de 6 097  hectares une formidable concentration d’écosystèmes composés de dunes, chênaies, marécages, tourbières, marais, prairies, rivières et forêts. Il renferme une biodiversité exceptionnelle avec plus de 1 100 espèces de plantes à fleurs et de fougères, depuis les plantes prédatrices des tourbières jusqu’aux graminées de prairie, depuis les imposants pins blancs jusqu’à des espèces d’algues particulièrement rares. Le parc est également renommé pour sa riche faune d’oiseau, avec plus de 350 espèces observées par les visiteurs du parc.

Le changement climatique favorise les phénomènes extrêmes comme les tempêtes, l’érosion côtière et les raz-de-marée. Le niveau de la mer continue d’augmenter et le recul de la côte s’accélère. Les dunes naturelles, stabilisées par la végétation, permettent de dissiper la houle et servent de barrières naturelles contre les vents et l’érosion des côtes. Elles abritent souvent des écosystèmes remarquables par la biodiversité qu’ils abritent. Il est donc urgent de les préserver.

 

 

Comments are closed