A Propos

Marc HaumontA propos de l’artiste (c’est moi)

 

Je suis artiste peintre. Je suis aussi ingénieur biochimiste, né en Lorraine, et j’habite Dijon Voilà pour les présentations.

“L’Art sauvera le Monde”… C’est ainsi que j’avais baptisé mon exposition “solo” à l’Hôtel de Vogüé de Dijon en septembre 2013. Je prolongeais, en la présupposant, la pensée du sociologue-philosophe Edgar Morin à propos de l’art : “L’esthétique des œuvres nous permet de développer une esthétique de vie quotidienne… La nature imite ce que l’œuvre d’art lui propose…”. Ainsi, même si l’art ne suffira sans doute pas pour sauver le monde, comme l’affirmait le prince Mychkine, le personnage principal de l’Idiot de Fiodor Dostoïevski, il nous donne en tout cas les arguments pour vouloir le faire. Il invente des univers où “les mystères deviennent des sources inépuisables d’explications, parce qu’ils sont du réel qui ne s’est pas laissé résumer”. L’esthétique des œuvres est le vecteur d’un simple message : “Notre monde en vaut la peine”.

A noter que l’aphorisme exact prononcé par le prince Mychkine était en réalité “La beauté sauvera le monde”. L’idiot c’est le naïf qui n’a pas encore été corrompu par la société et qui a une conception très religieuse de la beauté, indissociable de la bonté et ne pouvant être que d’essence divine. Au-delà de cette interprétation religieuse, la question de l’effet salvateur de l’art reste posée. L’art définit toute création humaine destinée à améliorer sa condition, à sublimer ses sentiments, à apporter du plaisir et de la joie. L’art qui permet de distinguer l’humanité de l’animalité, est la timide réponse de l’homme à l’acte créateur originel. Je fais donc le pari pascalien de croire en l’art, en donc en l’homme.

J’ai essayé, dans chacune de mes œuvres, de transcender la réalité par l’émergence d’une symbolique issue de la rencontre entre mythologie antique et mythes moderne.

 

Blog “Environnement”

L’Art ne pourra pas sauver le Monde à lui tout seul. Que pèse-t-il face au réchauffement climatique ou à l’effondrement continu de la biodiversité ?

J’ai commencé à rédiger un blog au sujet de l’Environnement. Bien sûr, un blog ne pèse pas plus que quelques œuvres d’art pour espérer améliorer notre Environnement présent et à venir. Bien sûr, il existe de nombreux sites Web dédiés à l’Environnement, de multiples associations qui tentent d’alerter sur les dangers que fait courir notre mode de vie sur la Planète, la seule planète à notre disposition. J’ai voulu ajouté ma voix à la leur, pour que notre cri soit un peu plus fort, pour lui donner un supplément de chance d’être enfin entendu.

J’ai pris comme point de départ un livre que je m’étais acheté en 1981, alors que j’étais un peu plus jeune. Ce livre c’est “l’Almanach Cousteau de l’Environnement” (Ed. Robert Laffont 1981 – The Cousteau Society Inc. ©) qui faisait à l’époque une sorte d’inventaire de tout ce qui concerne la préservation de notre “planète d’eau – merveilleuse et unique“. Dans ce gros pavé de près de 600 pages les auteurs nous alertaient déjà sur l’urgence d’agir. 35 ans après, force est de constater qu’ils n’ont pas été entendus. J’ai voulu savoir ce que nous avons fait, ou plutôt ce que nous n’avons pas fait, de ces 35 dernières années pour empêcher le désastre annoncé. Mon blog actualise chaque thème évoqué dans “L’almanach Cousteau de l’environnement“ pour établir une sorte de bilan d’inventaire de vie sur notre planète d’eau. Il est temps de faire les comptes, mais nous savons tous que ce sont les générations futures qui devront payer l’addition.

Le Peintre

Comments are closed