300 : Nous sommes Spartes !

300 : Huile sur toile de l'artiste peintre contemporain marc Haumont

300

 

Le 11 août, en 480 avant JC, 300 hoplites spartiates commandés par le roi Léonidas Ier, ainsi que 700 soldats des cités de Thèbes et de Thespies, ont combattu jusqu’au sacrifice de leur vie la grande armée perse du Roi Xerxès Ier (près de 500 000 fantassins et 50 000 cavaliers) pour laisser aux cités grecques le temps d’organiser leur défense.

La bataille a eu lieu à l’entrée du défilé des Thermopyles qui commande l’accès de la Grèce centrale, le long de la mer Egée et s’est terminée au sommet du Kolonós, sur lequel fut érigé un mausolée pour commémorer l’ultime résistance spartiate.

Le poète Simonide de Céos (-556, -467) rendit hommage à ces héros mythiques par ces mots : “Passant, va dire à Sparte qu’ici nous sommes morts pour obéir à ses lois.”

“300”, le péplum américano-britannique réalisé par Zack Snyder et sorti en 2006 donne une version heroic fantasy de cette célèbre bataille. Le film n’avait, à priori, aucune ambition historique ou politique. Il a quand même été critiqué par des intellectuels iraniens qui l’accusaient de propagande anti-perse. Les perses y sont décrits comme des barbares décadents alors que la civilisation achémide était à son apogée. Les grecs ont le beau rôle et sont dépeints comme un peuple libre aimant la démocratie.

Le cinéma nord-américain repose sur une interprétation manichéenne du monde, avec d’un côté les gentils (eux, les cow-boys) et de l’autre les méchants (les autres, les indiens). C’est une vision un peu simpliste d’un monde complexe, mais il ne faut pas désespérer… ils apprendront.

300 movie

300 : The movie

 

Comments are closed